Bienvenue sur le site du Vallée Montmorency Triathlon

25/11/2016

L'Ocean Indian Triathlon

posté à 14h24 dans "Résultats"

Un tel déplacement valait bien un p'tit récit de Loïc :
Le 12 Novembre dernier se déroulait la 8ème édition du triathlon de l’ile Maurice appelé communément Indian Ocean Triathlon (IOT) avec un record de participation : 150 concurrents sur le grand format (1,9, 55, 12) et 45 sur le petit IOT (500, 13, 3).
Petite pression pour la team Dumusoy car ma femme est inscrite sur le petit format et moi sur le grand sauf que mon départ est à 7h30 et le sien à 10h30 et qu’on a qu’un vélo pour deux ! L’orga est prévenue, il ne me reste plus qu’à aller vite et ne pas crever. Selon mes prévisions j’ai 15’ de mou.
Jour J : arrivée sur site à 6h30, il fait déjà chaud, le lagon est plat et translucide, le paysage est paradisiaque. Je me positionne à côté des pros dans le parc à vélos car les places ne sont pas attitrées (Degham, Billard, Jalabert : aucun complexe d’infériorité non non). L’orga nous annonce qu’elle a raccourci le parcours de 100m car il y a un très fort courant. En effet lors de l’échauffement on réalise que ça va être très compliqué. La natation se compose alors de deux boucles de 900m chacune : un triangle côté droit, une australienne de 20m et un triangle côté gauche.
Le top départ est donné avec 15’ de retard ce qui ne me laisse plus de mou pour ma course, aie aie. Et là c’est le drame : on se fait tous emporté par le courant malgré un départ anticipé sur la gauche du plan d’eau. Le passage de la 1ère bouée est laborieux (courant latéral), la 2ème se passe nickel puisqu’on a le courant avec nous et le retour est impossible : je donne tout ce que je peux, je me mets à battre des jambes comme un sprint en piscine et je n’avance que par cm en voyant toujours le même corail. Je lutte pendant 5-10’ et je vois de moins en moins de personne devant moi. Je me retourne derrière et voit personne. Je regarde à gauche et là je vois tous les concurrents en train de courir sur la plage pour rallier l’australienne. Merde !!!
Je rejoins la plage bien tardivement et m’engage sur le triangle à gauche. C’est du gros n’importe quoi, tout le monde ne va pas aux bouées, ça « triche » dans tous les sens, on fait ce qu’on peut. Finalement, je rejoins la plage au bout de 35’ d’effort qui m’ont épuisés, lessivés….j’enfourche mon bike en 57ème position.
Au bout de 2 kms, Jaja me double : pas si impressionnant que ça sauf quand tu essayes de « prendre la roue » et que tu n’y arrives pas ;-). Le parcours vélo est réputé difficile avec une côte de 4 kms avec 11-12% en moyenne et des pointes à 14%. Les jambes ne répondent pas, je m’arrête au pied de la côte pour voir si les patins ne frottent pas ou si qq chose me ralentit mais tout fonctionne parfaitement, merde ça vient de moi ! J’attaque la côte (pas le choix) et finalement je double pas mal de monde et arrive en haut au 15ème km en 35ème position. Seulement il reste 40 bornes qui ne sont pas du tout plats contrairement à ce que je pensais : c’est une succession de faux plats montants et descendants face au vent le long de la côte où il m’arrive fréquemment de mettre tout à gauche…la vitesse baisse. Je pense que je me suis enflammé dans la côte Chamarel. Au retour vent dans le dos, des packs se forment mais je ne joue pas avec eux. Résultat je perds des places et pose le vélo 40-45ème en étant cuit de chez cuit et en me disant que ce n’est pas en cap que je vais me refaire la cerise, bien au contraire !
La course à pied (12 kms) est composée de 3 boucles avec à chaque fois un passage de 500m dans le sable très mou. C’est long 500m….très long !!! Le manque d’entrainement (blessure) et les efforts précédents ont eu raison de mes pauvres guibolles qui ne répondent pas. Les 12 kms seront réalisés en 1h23, une catastrophe chronométrique !!! Cela dit, seules 10 personnes sont sous l’heure en cap. En plus certains ne respectaient pas le parcours et passaient par les jardins des hôtels au lieu du sable mou, ile Maurice quoi… ;-)
Au final, au-delà du classement qui reste anecdotique (69/150), je retiens une très jolie épreuve avec des paysages magnifiques à couper le souffle (lagon, parcours vélo superbe en montagne et le long du lagon, cap au bord de l’eau) et qui mérite le statut de « plus beau triathlon du monde ». Par contre, c’est ambiance vacance tourisme sans arbitre…chacun fait un peu ce qu’il veut.
Madame aura connu les problèmes que moi : impossible de faire tout le parcours natation puis 13 kms de vélo roulants et une cap sympa au bord de l’eau mais un final dans le sable éprouvant.
Suite aux deux courses, un repas était prévu sur la plage : cuisine mauricienne au bord du lagon (tip top) puis remise des prix. Et le soir, l’orga avait réservé un restaurant au sein de l’hôtel, très sympa également où j’ai pu discuter avec Degham notamment. Il m’a d’ailleurs avoué que c’est lui qui avait bifurqué en 1er vers la plage et que seules deux personnes avaient réalisé le parcours natation en entier.

 

Les résultats


Autre news:
01/10/2017 : La coupe de France des Clubs à l'Aiguillon sur Mer
27/09/2017 : Les kids ouvent la saison par un podium !
25/09/2017 : la finale duathlon D3 à Noyon : l'équipe du VMT monte en D2
21/09/2017 : Triathlon de Vernon L par équipe en CML
17/09/2017 : L’EVERGREEN : la course de l’extrême et Week-End gastronomique
31/08/2017 : IRONMAN de Vichy : le récit de Thibault
29/08/2017 : IM et Half de Vichy : le récit de Gaétan
01/08/2017 : L'Iroman de Nice : le CR d'Emilien
23/07/2017 : La 1/2 Finale Championnats de France des clubs D3
21/07/2017 : L'étape du Tour 2017 de Stéphane – Briançon / Col de l’Izoard


» Consulter les archives

RSS