Bienvenue sur le site du Vallée Montmorency Triathlon

10/06/2016

Lorenzo - La perf ...et le CR !

posté à 09h59 dans "News"

Et en français dans le texte..Merci Lorenzo pour cet effort linguistique !!

MON PREMIER IRONMAN: Nice

C'est quoi un IRONMAN ? C'est une course de triathlon qui est considérée comme le graal pour un triathlète. C'est une expérience de vie, une lutte contre soi-même et pour les plus aguerris aussi une lutte contre le temps (la plus part de fois celui fait par les copains du club auparavant...). Le tout traduit en 3,8 km de natation, 180 km de vélo en mode contre la montre (dans ce cas, avec 2000 mètres de dénivelé positif) et cerise sur le gâteau les 42,2 km de course à pied, le mythique marathon.

Ça fait déjà 3 jours que je l'ai fini et l'enthousiasme et l'adrénaline sont encore aux étoiles. Arriver sur la fatidique ligne d'arrivée est la synthèse des 6 derniers mois d'entraînements intensifs dont les 3 derniers en moyenne de 12 heures par semaine et des sacrifices qui en découlent pour toi-même et surtout pour les gens qui t'entourent, que ça soit la famille ou les copains.

Mais faisons un pas en arrière et précisément à dimanche matin 5/6: la peur que je partage depuis au moins 2 mois à ce jour est finie. Un autre réveil "sans réveil" est passée, ça y est le jour fatidique est arrivé. Toujours les mêmes inquiétudes et les peurs que je partage quotidiennement depuis réapparaissent ponctuelles comme une montre suisse : J'espère ne pas avoir des crampes aux jambes au cours de la natation, j'espère ne pas avoir de problèmes mécaniques à mon vélo (toute aide "extérieur" se traduit par la disqualification), J'espère ne pas avoir les crampes à l'estomac pendant le marathon et, surtout, j'espère que le physique tient à l'effort prolongé et inhumain que j'ai prévu en environ 12 heures (1h15+6h15+4h15 plus les transitions et les éventuels pépins).
4.00 heures du mat: les Yeux ouverts (sans réveil...) en regardant le plafond dans le noir
4.10 h : Petit-déjeuner
5.00 heures : on sort de la maison direction la plage
6.00 heures : le vélo est prêt et je suis prêt pour commencer. Le chemin du parc vélo à la ligne de départ est une mer de foule qui me fait descendre les premières larmes de commotion et de tension
6.30 heures : Boom ! Le coup de feu du starter résonne encore dans les oreilles. Nous sommes presque 2900 fous à sauter dans l'eau, quelque coup de pieds et quelques coup de coude pris et quelqu'un d'autre donné mais tout ceci est normale dans le triathlon et rien par rapport à la longue journée qui m'attend. Dans l'eau, tout se passe bien, la couleur bleu de la mer est nettement plus belle que la bande noire du fond de la piscine que j'ai vu pendant des heures et des heures durant les séances d'entraînement des derniers mois. Sorti de l'eau je me rends compte de ne pas avoir eu les crampes et c'est réconfortant. Je prends le vélo pour commencer le parcours : on quitte vite fait Nice pour commencer après les 30 premiers km de plat les mythiques montées des Préalpes françaises. Entre autre le col de l'Ecre, 20 km de montée non stop. Même en vélo entre une gourde et une autre, une barre énergétique et une autre tout se passe bien juste un peu mal au dos. Je reviens donc sur la promenade des anglais, le front de mer de Nice, pour déposer le vélo, mettre les chaussures de cap et la visière et commencer le marathon : la peur pour l'éventuel "effondrement physique" refait surface. Je pense aux conseils de mes amis : Lorenzo ne pars pas trop vite parce que 42 km de cap sont beaucoup à faire et ils les sont encore plus après avoir faits 3,8 de nat et 180 de vélo : je vous garantis que je les ai toujours cru sur parole ! Les 25 premiers km sont passés "facilement" aussi grâce au soutien digne d'un stade de foot de ma femme Julia, de mes 2 enfants Elisa et Matteo et des amis venus me supporter. Au 25em km voilà le fatidique mur, les jambes se durcissent et j'ai du mal à continuer, j'essaie de penser à autre chose mais je ne veux pas m'arrêter (Nico m'avait dit: t'imagine le marathon sans t'arrêter? Ma réponse: 😂😂😂) je regarde la mer et surtout les athlètes qui ne parviennent plus à courir ou qui sont allongé par terre. 2 km difficiles mais en continuant à boire, manger et me mouiller les jambes, je retrouve un peu de légèreté qui me permet de reprendre une foulée correcte. Voilà le début du dernier des 4 Tours et l'émotion, donnée par le fait que la fin de la course se rapproche, monte aux étoiles. Je revois mes chers qui ne cessent une seconde le soutien. On y est, voilà les 2 dernières km entre deux ailes de foule avec leur bras tendus les gens cherchent à taper le 5 du futur finisher, je sens plus de fatigue et je vois le couloir finish line et le speaker qui m'attend sur la ligne d'arrivée, il me prend fort dans ses bras et avec le micro hurle Lorenzo you are an IRONMAN !!!! C'est fait, je l'ai fait ! Le chronomètre parle clair : 10 h35 min dont 3 h28 pour le marathon. Je marche 3 mètres au-dessus du ciel. Mes pensées pendant la course et les longs moments de solitude qui en font partie ont été adressés principalement à mon papa que je suis sûr il aurait été fier de moi-même. J'ai versé tant de larmes d'émotion en te pensant Papa et je te remercie infiniment de m'avoir accompagné du début à la fin de cette course et de m'avoir donné la force nécessaire (et le vélo....!!!!).

Résultat : tout a été parfait, le corps a répondu présent, je finis 358ème sur près de 2900 athlètes provenant des 4 coins de la planète. Très précieuses ont été les conseils de mes amis triathlètes du club. Et maintenant ? Qui sait mais on dit qu'un IRONMAN en tire un autre...

Lorenzo.

 


Autre news:
17/12/2018 : les 20 ans du VMT ça se fête !!!
21/11/2018 : La Ronde d'Ermont 2018 :
17/10/2018 : Coupe de France Duathlon : le VMT 33ième
24/09/2018 : Triathlon de Vernon : le VMT 1ere équipe mixte
17/09/2018 : Le Pot d'accueil du VMT se tiendra Vendredi 21/09
04/09/2018 : Les résultats de Vichy et le récit de Barbara
30/08/2018 : RENTRÉE SPORTIVE 2018-2019
19/07/2018 : Bienvenue chez la famille duathlon !
26/06/2018 : Deauville : Barbara sur la plus haute marche du podium
17/05/2018 : Ironman 70.3 d'Aix en Provence : Gaëtan 1ier groupe d’age


» Consulter les archives

RSS