Bienvenue sur le site du Vallée Montmorency Triathlon

24/07/2015

Ironman Nice round 2 : Le récit de Loïc

posté à 06h13 dans "Résultats"

Ironman Nice round 2:
Automne 2014, ça se bouscule pour savoir sur quel circuit on va aller en 2015. L’incertitude se prolonge et personnellement j’aimerai tenter le Norseman qui a lieu mi août. Dans cette optique, je cède à la tentation de m’inscrire sur le marathon de Paris le 12/04 avec Olivier R, David N et deux autres copains. Malheureusement, un groupe se forme sur l’IM de Nice qui a lieu le 28/06 et commence alors une opération séduction pour que je craque et donne mon numéro de carte bleue…et bim, après quelques textos de harcèlement, je finis par dire oui, aucune volonté le Loïc !!! Je pense faire une erreur car tous les spécialistes disent qu’il n’est pas judicieux de faire Paris et Nice car c’est trop rapproché, mais c’est trop tard !
Après la blessure suite à la Saintélyon du 5/12/2014, je ne cours pas en décembre ni en janvier et ne reprends l’entrainement course à pied que mi février pour le marathon de Paris (prépa sur 8 semaines). L’épreuve est difficile, je fais 10’ de plus que l’objectif mais c’était prévisible.
La prépa IM ne commence réellement alors qu’à partir du 19/04 et je sais d’ores et déjà que ça va être court. C’est mon 5ème IM et je sais la dose d’entrainement qu’il faut pour s’aligner sur ce type d’épreuve. Mi juin, le gros du boulot est fait (2 mois) et c’est avec des grosses incertitudes en course à pied que je vais m’aligner sur cette course. On va dire que l’expérience sera mon atout ! Objectif avec 30% d’entrainement en course à pied en moins par rapport aux années précédentes : entre 11h15 et 11h30 sachant que j’avais fait 11h06 à Francfort avec une bonne prépa en 2013. Nous sommes donc une dizaine : Olivier Demarine, Oliver Robineau, Yoann Vincent, Camilo Palma, Laurent Cohen, Jérôme Martimort, Adèle Forgeot, Jérôme Moyse, Gilles vallée, Hassan Benghazouani et moi-même et à priori on se vaut tous à 45’ près sur le papier.
Après les 10h de voiture et l’arrivée à Nice un peu bousculée par les taxis, on est content de se retrouver et d’aller faire quelques longueurs le lendemain dans la grande bleue. Curieusement cette année, la pression ne monte pas chez moi.
Le jour J, je me retrouve avec Yoann pour qui c’est son 1er IM et qui m’annonce une natation en 1h, ouah !!! Olivier R nous rejoint dans le sas des 1h05 et après qq minutes d’attente, c’est parti pour 3800m. Je sais qu’à Nice c’est la machine à laver grandeur nature pendant un p’tit bout de temps donc je patiente : je prends des coups, j’en donne surement, je passe la 1ère bouée et essaye de voir mon chrono : 00’00’00…ah merde ça s’est pas déclenché !!! A l’australienne, je demande à un mec en combien on sort : 40’ ! Cool c’est ce que je voulais faire et je sens que j’ai encore les watts pour les 1400m qui suivent. Je pose ma nage et je sors de l’eau pensant voir le chrono juste après les douches mais il n’y a rien. Je re-sollicite un gars qui m’annonce : 1h05’30, ouah je le crois à peine j’ai battu mon record ! Je suis content, le hors d’œuvre est passé nickel !
Lors de la transition je vois mon père qui me dit : « vas-y ils sont juste devant » euh oui mais qui ? En fait je vois Hassan puis Gilles et sors juste devant eux sur mon vélo. C’est cool je fais la promenade des Anglais avec mon pote Gillou comme une sortie du dimanche classique mais on est plus nombreux qu’à l’accoutumée. Dans la 1ère partie du col de l’Ecre, Jérôme Martimort me double et m’annonce que Gillou, Jérôme Moyse et Yoann sont derrière. Je suis surpris de savoir Yoann et Jérome derrière moi…je fais donc un calcul rapide et m’aperçois que je suis sorti 2ème VMT après la T1, ça confirme ma bonne natation.
La 2ème moitié du col de l’Ecre se fera avec Gillou et Jérôme Moyse, c’est sympa de se retrouver entre potes mais la vue de 3 maillots identiques attire le regard de l’arbitre : une remarque suffira pour laisser partir Gillou et Jérôme devant mais toujours en vue. Il fait chaud, je m’arrose régulièrement dans la montée mais je me dis qu’on va encore prendre cher sur le marathon…
Au demi tour vers Coursegoules, c’est le verdict car les 10 kms aller-retour nous permettent de croiser les copains et de voir les écarts : il y a une course dans la course et c’est aussi pour ça qu’on s’est inscrit. Au final, Olivier D est loin devant, puis les deux Jérôme, Gillou et moi…suivent de près finalement Camilo et Olivier R…les autres ne sont pas en vue.
Secrètement je me dis que Camilo fait un gros vélo pour revenir sur la tête de course et qu’il y a peu d’écart entre nous. Je passe la 6ème dans les descentes finales et je me fais plaisir pour essayer de grappiller qq minutes avant le marathon. Malgré tout les 20 derniers km sur le plat pour revenir à Nice sont longs et je sens que je n’ai pas fait le vélo aussi tranquillement que prévu. Au final 6h00 sur la selle, je m’améliore de 15’ par rapport à 2010 mais suis-je en forme pour le marathon ?...
Arrivé à la T2, je descends du bike et les jambes sont tétanisées. Bon pas de panique, ça va repartir avec le marathon. Malheureusement, ça ne repart pas : au bout de 2 kms, je sens que ça va être difficile, très difficile. J’ai super mal à la plante des pieds comme si des aiguilles s’enfonçaient à chaque foulée, c’est horrible. Au 1er demi tour à l’aéroport (km 5), je vois mon Camilo débouler à un rythme endiablé…et au bout de 6 kms, j’ai le droit à ma petite tape amicale avec une phrase dont je me souviendrai longtemps : « c’est la fin de ton règne » !!! On discute un peu mais je le sens en forme et je ne peux pas le suivre même sur 100m. Dans ma tête je me dis qu’il ne faut pas marcher or on est seulement qu’au 12 ou 13ème kilo….c’est pas bon signe ! J’ai tellement mal aux pieds que je songe à enlever mes chaussures pour ne plus avoir cette eau qui fait flop flop dans les runnings et qui doit me donner ces douleurs à la voute plantaire. Je résiste, je résiste mais la chaleur est là et je souffre. Je craque en marchant quelques mètres au ravito et l’enfer commence…je vois Olivier R à mes trousses et me dis que je vais me faire croquer. Je vois Gillou, Hassan et Yoann rentrer du vélo bien après moi : ils ont du souffrir les pauvres ! Je me réconforte en me disant qu’il y a pire que moi mais ça ne permet pas d’aller plus vite.
J’alterne marche et course à pied du km 15 au km 30, c’est long sous le cagnard ! A chaque ravito, je vois mon Camilo qui m’a encore mis des centaines de mètres en plus, c’est clair je ne le reverrai plus, il est dans un grand jour. Quant à Olivier R, je le scrute à chaque ravito où je m’arrête mais je ne le vois pas me rattraper, c’est bizarre ! J’entame mon dernier aller-retour de 10 kms assez motivé car c’est le DERNIER. Je fais des savants calculs pour essayer de passer sous les 12h, du moins faire mieux qu’il y a 5 ans (12h12). Au km 40, je sais que je serai sous les 12h. J’arrive à quelques mètres du final composé des gradins et de cette allée bleue, je n’ai même pas la force d’accélérer, l’arrivée se fera tranquillement. Je vois mes supporters, je suis soulagé et heureux d’en finir. J’entends cette fameuse phrase qui fait tant vibrer : « Loïc, you’re an Ironman », le speaker la répète deux fois comme si je n’avais pas compris mais en fait le concurrent qui me suit s’appelle aussi Loïc.
Au final, je fais 1h05 de natation, 6h00 de vélo et 4h36 sur le marathon soit 11h52 avec les transitions. Je gagne 20’ par rapport à 2010 mais à quel prix. Il en ressort que ça reste une épreuve difficile, on le sait tous, et que l’expérience ne suffit pas. Et bien entendu Paris Nice aussi rapproché, ce n’est pas une bonne idée ! Seulement deux gros mois de préparation ne sont pas suffisants pour ma part. Les 45’ d’écarts évaluées entre le 1er et le dernier copain au départ se sont transformées en 3h30…la magie de l’IM où tout peut arriver !!! Un très grand bravo à tous les potes qui ont souffert mais qui sont d’heureux finishers. Mention spéciale à nos deux bizuts qui ont d’ores et déjà promis d’en refaire un.
Lôïc.

 


Autre news:
15/12/2017 : Le Bike & Run de Franconville : podium 100% VMT
20/11/2017 : plus de 40 VMTs à la Ronde d'Ermont !!!
01/10/2017 : La coupe de France des Clubs à l'Aiguillon sur Mer
27/09/2017 : Les kids ouvent la saison par un podium !
25/09/2017 : la finale duathlon D3 à Noyon : l'équipe du VMT monte en D2
21/09/2017 : Triathlon de Vernon L par équipe en CML
17/09/2017 : L’EVERGREEN : la course de l’extrême et Week-End gastronomique
31/08/2017 : IRONMAN de Vichy : le récit de Thibault
29/08/2017 : IM et Half de Vichy : le récit de Gaétan
01/08/2017 : L'Iroman de Nice : le CR d'Emilien


» Consulter les archives

RSS