Bienvenue sur le site du Vallée Montmorency Triathlon

24/09/2014

Cross Triathlon de JABLINES

posté à 12h02 dans "Résultats"

Merci à Jacques T. pour son récit.
Merci à Fabien pour les photos : Dans l'album 2014

premier triathlon cross et 3ème épreuve après le XS d'enghien et chantilly...

Voilà, le jour J est arrivé. Dernier triathlon de la saison à Jablines en mode triathlon cross.

Au programme, 1000 m de natation dans les étangs de Jablines, suivis de 22 kilomètres de VTT et enfin comme dessert, 8 km de course à pied.

Tout cela, dans un univers légèrement boueux, surtout après les pluies des dernières heures. Réveil 6h30 du matin, et départ pour la base de Jablines . Cérémonial du retrait des dossards, puis le parc à vélo pour repérer son emplacement et mettre en place tout le matériel pour les transitions... Surtout ne rien oublier sous l’effet du stress. Se remémorer la procédure à suivre et ne pas la jouer comme à Chantilly où tel le bon roockie que je suis, je suis parti comme une mule vers la sortie du parc a vélo en oubliant …mes pompes de vélo à mon emplacement.


Ensuite enfiler la combi pour aller tâter la température de l'eau et repérer le départ en natation, tellement angoissant pour le fer à repasser que je suis.

Surprise agréable, l'eau n'est pas trop fraîche, aux alentours de 19 degrés. Bon, on devrait éviter la noyade mais il faudra sortir de l'eau honorablement et ne pas faire la planche comme à Enghien où la panique m’avait submergé.

Voilà, nous sommes sous les ordres du starter, le bonnet orange sur la tête, la combinaison remontée jusqu'aux épaules , prêts à nous jeter dans les eaux des étangs de Jablines. Les filles sont parties, le stress monte terriblement.

C'est parti . Comme prévu, c'est immédiatement la guerre, nous sommes les uns sur les autres, il faut se sortir de là, en mode survie. Ce n'est plus de la natation mais du combat, surtout au passage de la première bouée.

Ensuite les choses se calment, chacun peut prendre son rythme et ne pas trop s'affoler..

C'est bon, je suis dans le rythme, au milieu du paquet, à ma place, j’essaie de poser autant que possible les gestes répétés sous la houlette de Gwen depuis la rentrée (Dis voir Gwen, c’est pas pareil qu’à la vague, les étangs avec 300 furieux !!!).

Je passe la première bouée en m’écartant un peu pour éviter la mort par asphyxie au milieu de la meute. Le premier tour est bouclé, on se tape la sortie à l'australienne prévue par les organisateurs et on attaque la seconde boucle. Première bouée puis la seconde et enfin la dernière ligne droite avant de sortir définitivement de l'eau et en terminer avec cette partie de l'épreuve qui n'est (vraiment) pas mon point fort. Je suis déjà fracassé.

Vite, enlever le bonnet, dégrafer la combinaison et se mettre à courir vers l'aire de transition. Le souffle est court et les jambes déjà dures. Je sais que ce n'est que transitoire. Il faut simplement s'habituer au changement de rythme. J'enfourche mon VTT, c'est parti pour 22 km à pédaler, comme un furieux, sur un parcours sympa mais boueux. Après les premières dizaines de mètres, les jambes se mettent en route, j'appuie sur les pédales et je commence à remonter les concurrents qui se sont montrés plus performants que moi, lors de la natation.(et dieu sait s’il y en a)

Je gère le premier tour, sans me mettre vraiment au carton. Je suis surpris d'en terminer assez rapidement, et sans trop taper dans le dur. J'entame le second tour avec pour objectif de reprendre encore quelques concurrents sous les encouragements des spectateurs (trop sympa comme ambiance).

Enfin l'aire de transition à nouveau. Vite , descendre du vélo, courir jusqu'à mon emplacement enlever le casque, changer de pompes (et ne pas les oublier), remettre le dossard dans le bon sens (un grand merci à madame M…qui se reconnaîtra qui m’a hurlé : « le dossard devant… ») et en avant pour. 8 kilo de course à pied . Ouh la la, le passage à la course à pied est terrible pour les muscles endoloris par l'effort. Le premier des trois tours est bouclé à l'arrache. Je me demande ce que je fous là. Puis les jambes de délient un peu et ça repart. Tiens je vois des VMT, à chaque fois, je leur fais un signe, un petit coucou, allez, il faut porter haut les couleurs…avance mon gars...je vois Lorenzo (c’est bien ça ?), qui m’encourage d’un regard et d’un geste et qui tient un rythme de folie. Je rattrape un VMT (désolé, je ne connais pas son nom). Je l’encourage et essaie de l’embarquer avec moi. Deuxième tour, yes ça va le faire. J'attaque le troisième tour et je me prends un très brutal coup de bambou. J'y suis depuis 1 h 40 et ça commence à taper... Allez il faut poursuivre au moral, pour ne pas ralentir, ne surtout pas se faire doubler. Michel (compagnon de ligne d’eau) m’encourage de la voix, Antoine ( qui m’a bien aidé durant mon apprentissage de la nage à CERGY) qui en termine me hurle des encouragements (merci les gars !!)

L'arrivée est là. Top , 1 h 51 et 18 secondes ... Je suis bien content . Je me suis bien éclaté.

 

Les résultats


Autre news:
15/12/2017 : Le Bike & Run de Franconville : podium 100% VMT
20/11/2017 : plus de 40 VMTs à la Ronde d'Ermont !!!
01/10/2017 : La coupe de France des Clubs à l'Aiguillon sur Mer
27/09/2017 : Les kids ouvent la saison par un podium !
25/09/2017 : la finale duathlon D3 à Noyon : l'équipe du VMT monte en D2
21/09/2017 : Triathlon de Vernon L par équipe en CML
17/09/2017 : L’EVERGREEN : la course de l’extrême et Week-End gastronomique
31/08/2017 : IRONMAN de Vichy : le récit de Thibault
29/08/2017 : IM et Half de Vichy : le récit de Gaétan
01/08/2017 : L'Iroman de Nice : le CR d'Emilien


» Consulter les archives

RSS