Bienvenue sur le site du Vallée Montmorency Triathlon

30/08/2013

'Férias no Brasil'

posté à 12h55 dans "News"

Lui, c'est un grand malade !!

"Dans la série des CR de cet été, voilà un petit résumé d’une course faite en aout.
J’ai participé du 11 au 18 aout à l’Ecomotion Race au Brésil, côte de cacao, état de Bahia.

C’est un raid nature multisport en équipe du circuit ARWS (Adventure Race World Series), l’équivalent Ironman en Raid, comptant 10 épreuves sur la planète dont chacune permet la qualification aux championnats du monde
.
Il s’agit d’une épreuve d’environ 650km non stop enchainant des sections de kayak, VTT orientation, Course d’orientation, natation et spéléo, en autonomie, par équipe de 4.

La particularité de ce type de raid, ses difficultés et aussi ses attraits sont :
- les parcours exceptionnels qui passent dans les parcs nationaux et les plus beaux spots du pays
- le déroulement des épreuves dans des conditions vraiment « aventure », engagées, exposées, dans des secteurs parfois très isolés et loin de toute assistance
- la dimension collective fondamentale ou les 4 coequipiers doivent être un seul homme, se répartir les tâches, s’appuyer, s’entraider, s’organiser pour développer une force et une efficacité supérieures à la somme de 4 individualités
- la continuité des épreuves et la lutte contre la fatigue : nous avons dormi 12 heures en 7 jours et 6 nuits (les premiers ont dormi la moitié). L’épreuve s’aborde comme une seule journée (de 143 heures pour nous). Il n’y a pas de récup ni de relâchement pendant une semaine. On perd la notion de temps et de cycle journalier.
- L’orientation permanente qui rend la course très tactique, et si on est mauvais, plus longue !!!
- La rugosité du terrain et de la météo, liée à l’absence de récupération fait que le matériel et le corps souffrent beaucoup, et le moindre problème s’aggrave très vite et peut mener à l’abandon (ampoules, tendinites, encrassement transmission du VTT, coupures infectées, etc….). La surveillance doit être permanente et la remédiation rapide.
- La course est en autonomie la plus complète possible. On retrouve une malle d’équipe préparée en début de raid à chaque transition de section (toutes les 36 heures environ) pour recharger en nourriture et matériel, mais on porte en permanence un sac d’environ 8 à 10kg, avec le matériel de sécurité, alimentation et eau, casque, etc…. Pour l’eau, on recharge dans les rivières et sources avec des pastilles de chlore, et éventuellement de l’eau de coco ! L’organisation se charge de la logistique : transporter les malles vélo et kayak entre les sections.
- La variété des efforts, des conditions, des durées des sections, et les moments funs ou à sensation rythment l’épreuve et la rendent motivante voir parfois jubilatoire
- L’ambiance générale de la compétition, entre organisateurs, bénévoles et concurrents est particulièrement chaleureuse et fair-play. La course est suivie en temps réel par l’organisateur qui nous repère à l’aide d’une balise GPS que chaque équipe embarque. Pas de triche possible.

J’ai courru avec 3 copains d’Issy les Moulineaux avec lesquels j’ai fait une course du même circuit en Australie en 2007. Nous nous sommes aisément réunis autour de valeurs et conceptions communes dans les domaines de la psychanalyse freudienne, la géopolitique au moyen orient, la stratégie fusion acquisition des majors, mais surtout le sexe et l’alcool.

Compte tenu de notre niveau technique et physique fragile (on ne s’est pas entrainés une fois ensemble en 6 ans), nous avions (sagement) décidé de gérer notre course dans l’objectif de finir. Nous étions en allure retenue, mais engagés dans la compétition.
Notre amateurisme s’est surtout manifesté en orientation et en transition : on a bien 30 heures d’erreur! Du coup, on a fait quasiment autant de km que les premiers, et on a vu plus de choses qu’eux ! Nous sommes l’équipe qui à payé le moins cher son km de course ! yes !!!

La course était très difficile cette année. Seules 3 équipes (dont les champions du monde en titre) ont fait le parcours entier, et arrivent avec 24 heures de retard sur l’horaire prévu. Les autres équipes (dont nous faisons partie) ont eut un cut (un raccourcissement de parcours) d’environ 100km.

Nous ne sommes pas classés car un de nos coéquipiers a du sauter une section pour cause de blessure. On l’a frappé bien entendu et on lui en veut à mort pour la vie.

Nous avons beaucoup appris, de nous mêmes et des autres, savouré l’épreuve du début à la fin, dans les moments durs comme les bons moments.
C’est de surcroît un excellent régime minceur : j’ai perdu 5 kg. En une semaine.

Merci à mes potes et je vous souhaite à tous de vivre cette expérience !
Vivement la prochaine !
Voici quelques vidéos, d’autres disponibles sur youtube, taper « ecomotion 2013 » :

http://www.youtube.com/watch?v=ZeS3ZivvVeY
http://www.youtube.com/watch?v=IvWqwSsg0ao
http://www.youtube.com/watch?v=tH2cXI003sc
.."
Gwen

Quand je vous dis qu'il est malade ;-)
David.


 


Autre news:
17/10/2018 : Coupe de France Duathlon : le VMT 33ième
24/09/2018 : Triathlon de Vernon : le VMT 1ere équipe mixte
17/09/2018 : Le Pot d'accueil du VMT se tiendra Vendredi 21/09
04/09/2018 : Les résultats de Vichy et le récit de Barbara
30/08/2018 : RENTRÉE SPORTIVE 2018-2019
19/07/2018 : Bienvenue chez la famille duathlon !
26/06/2018 : Deauville : Barbara sur la plus haute marche du podium
17/05/2018 : Ironman 70.3 d'Aix en Provence : Gaëtan 1ier groupe d’age
07/05/2018 : TVO : Barbara 2Ième master
07/05/2018 : D2 duathlon : le VMT 9ième de manche Vendéenne


» Consulter les archives

RSS