Bienvenue sur le site du Vallée Montmorency Triathlon

31/07/2010

Paris : Sa tour Eiffel, son triathlon CD et ses...VMT !

posté à 07h09 dans "Résultats"

Merci aux participants pour leurs récits.

Un CD de rêve dans la plus belle ville du monde : PARIS.

Un cadre fantastique avec parcours au pied de la Tour Eiffel. Avec le parc à vélo sur le pont de l’Iéna.

1842 concurrents pour le CD open.
Au programme : 1500m dans la seine en natation entre le pont des Invalides au pont l’Iéna, 39 kms en vélo dont une grande partie dans la bois de Boulogne, et enfin 10kms en CAP.

Après avoir déposé les vélos la veille nous voilà sur paris vers les 6h ; eh oui, Il fallait se lever tôt pour participer au triathlon CD de Paris. Philippe le plus courageux de nous est là depuis 4h pour aider à l’organisation de ce tri de paris. Respect !

Ouverture de l'aire de transition à 6h30, le beau temps est au rdv, bonne température, bref un rêve.
Après les élites, c’est à nous.

Nous nous préparons tranquillement, dépose des sacs aux vestiaires et c’est parti pour une bonne marche en direction du départ de la natation. Malgré les quelques bouteilles qui flottent en surface, l'eau de la Seine à Paris n'est pas si sale que ce à quoi nous nous attendions.

Mise à l’eau s’effectue vers les 7h50, l’eau est bien plus trouble qu’au Pont de Suresnes mais
reste moins goûtue que le lac d’Enghien.
Je (thomas) décide de me placer derrière nos amis du Lagardère Paris Racing menés par leur entraîneur David Bardi et la gagnante d’Enghien Fabienne Saint Louis. Pour ma part (Eric) je choisis un placement à gauche pour éviter le paquet.

Intox’ habituelle au départ avancer/reculer, finalement le signal est donné sans que j’entende vraiment la corne de brume. Natation assez simple avec le courant, je (thomas)
relève la tête plus pour gérer ma navigation dans le trafic que pour me diriger. Je sors de l’eau en 22 minutes et pars pour le vélo.

(Eric), le fait d’être à gauche m’avantage en début de course, mais à mi-course, je me retrouve rapidement bloqué par les péniches en stationnement, bref mauvaise option !!! , je sors de l’eau en 23’30.

Après la natation et la transition :

Olivier : en 00:22:43
Thomas : en 00:25:11
Eric : en 0:26:05
Benoit : en 00:27:16
David : en 0 :28 :22
Isabelle : en 28 :48
Philippe : en 28 :51
Djamal : en 0:29:24
Konrad : en 30 :42
Cyril : en 31 :19
William : en 0:31:31

Mon (thomas) compteur ne fonctionne pas. Pas grave, il s’agit juste de coller un bon groupe. Je me fais remonter par pas mal de coureurs jusqu’à l’arrivée au Bois de Boulogne pour la « boucle » en croisillon. Je suis rattrapé par Eric et un groupe se forme qui roule fort. Je les suis sur trois branches du croisillon jusqu’à ce qu’Eric accélère le rythme par des relances bien gaillardes en sortie des virages à épingle de cheveux. A la deuxième du genre ils sont 6-7 à s’échapper et je n’essaie même pas de suivre.

Pour moi (Eric), je prends mon vélo, je suis trop long pour mettre mes pieds dans les chaussures mais bon, il y a beaucoup de coureurs autour de moi. Ensuite la course se lance, j’essaye de rester concentré et de répondre à toutes les accélérations, dur. Un groupe se forme mais je ne m’arrête pas. Je tente de faire une sortie après une épingle, hourra je sors mais personne avec moi, je roule à max, je récupère des coureurs, mais au bout de 5 minutes, je vois arriver derrière moi, c’est le groupe de Benoit. Benoit a le sourire jusqu’aux oreilles, il est tombé avec 2 bons rouleurs, pour une fois il n’est pas tout seul pour le vélo ! Ce groupe roule très fort, je me colle aux roues pour récupérer en attendant la CAP et je me dis que benoit va me mettre la misère en CAP, et surtout il va péter la perf. Sur ce tri de paris.

(Thomas)Après 3-4 minutes, un nouveau
groupe se forme, plus à ma mesure. 3-4 gars font le train sans organiser de relais et le rythme me convient. Les virages sont négociés calmement et en appuyant bien sur la relance je reste dans le tas : j’ai trouvé mon groupe jusqu’à l’arrivée. La sortie au deuxième tour n’est pas trop identifiable, on se parle beaucoup (« On est dans le deuxième tour là ? » « C’est où la sortie »).

Finalement les cris à l’avant donnent un bon indicateur et on repart en direction des quais.
Ça roule toujours aussi bien mais tout le monde commence à préparer la transition. Je peux enfin profiter un peu de la vue sur la Tour Eiffel qui est fort sympathique. Je discute avec un compagnon de route, on est content d’avoir évité les chutes et on fait vœu de rester
concentrés jusqu’à la fin. Le peloton est relativement compact et on passe le parc à vélo sur le Pont d’Iéna.

Dernier tunnel avant de faire demi-tour, je suis tranquille au milieu de la voie, j’aperçois sur
l’extrême droite un plot posé un peu trop à gauche d’un gros trou juste à la sortie.

Surtout, je vois 5-10 mètres devant moi deux
coureurs bien collés à droite qui ne voient le plot qu’au dernier moment. Ils se plantent et là tout va très vite : j’ai à peine le
temps de réaliser le truc que les deux gars glissent sur la gauche sous mes roues. C’est la chute, si j’en crois mes blessures je pars en
roulade épaule gauche, la seule chose que je visualise bien c’est mon compagnon de route voler au dessus de moi. L’adrénaline aidant, je
suis debout sans trop savoir comment à pester contre les deux distraits et le type qui a posé ce plot trop à l’intérieur. On devait être autour 5-6 dans la chute mais là encore difficile à dire, je me relève et repart. Au moins, personne n’est venu s’empaler sur nous. Je suis ralenti, mon vélo navigue entre le grand et le petit plateau sans vouloir se décider. Un type me passe en me conseillant de ne pas trop
appuyer parce que ma chaîne est détendue. J’ai beau faire, arrivé au Pont de l’Alma je déraille finalement.

Après avoir amoureusement jeté mon vélo sur le trottoir (vive la testostérone !) je décide de finir à pied le dernier kilomètre jusqu’au parc. Point positif : première entrée dans le parc sans marcher sur les cales, c’est bien.

Après le Vélo et la transition :

Olivier : en 00 :59 :25
Benoit : en 01:00:21
Eric : en 1:01:43
Philippe : en 1 :03 :04
Thomas : en 1:08:01(une chute)
Djamal : en 1:07:24
William : en 1 :10 :09
David : en 1 :16 :10(2 crevaisons)
Isabelle : en 1 :13 :18
Cyril : en 1:16 :01
Konrad : en 1 :13 :45

Je pars (thomas)à pied bien énervé par ce coup du sort et décidé à m’arracher.

L’accéléromètre de mon Polar ne fonctionne pas et je n’ai pas ma vitesse, pas grave, on va faire ça aux sensations et à la niaque. A un
virage serré j’ai une bonne douleur à ma cheville gauche, toujours dans le fighting spirit, je décide de remettre à plus tard
l’inspection de tous mes bobos.

Et nous voilà sur la CAP.
Enfin, les deux boucles de course à pieds, avec leur montée raide pour passer derrière le Trocadéro et deux traversées de la Seine nous ont
permis d'apprécier la beauté exceptionnelle du site.

Thomas)Premier tour bouclé en un peu plus de
22 minutes, je suis motivé pour un négative split. Je sors mon premier coup de fouet, dommage, il s’est éclaté dans la chute et vidé sur ma tri fonction. Quand ça ne veut pas… Arrivé au 6e km je retrouve enfin mon compagnon d’infortune dont le vélo a mieux résisté à la chute et le passe. Je finis plutôt bien même si je manque de jus pour le négative split. Il est temps que ça se finisse et je franchis la ligne
d’arrivée en 2h19, content malgré tout de ne pas avoir laissé ce fait de course me gâcher toute la fête. Au final, j’ai bien dû perdre 5-6 inutes dans l’opération donc je me dis que c’est l’équivalent d’un mauvais changement de chambre à air (les bobos en plus) et surtout que je m’en sors finalement pas trop mal vu la vitesse à laquelle l’incident est arrivé. Je reviendrai en tout cas !

Au final à la fin de ce CD open de Paris :

Olivier : en 00:42:38 et au final 02:04:46, 88/1842
Benoit : en 00:39:04 et au final 02:06:40, 120/1842
Eric : en 0:44:05 et au final 2:11:52, 244/1842
Philippe : en 44 :59 et au final 02:16 :53, 419/1842
Thomas : en 0:46:28 et au final 2:19:39, 519/1842
Djamal : en 0:47:36 et au final 2:24:23, 710/1842
William : en 0:50 :46 et au final 2:32 :25, 958/1842
David : en 00 :50 :22 et au final 2 :34 :54, 1015/1842
Isabelle : en 54 :44 et au final 2 :36 :50, 1059/1842
Cyril : en 52 :56 et au final 2 :40 :15, 1131/1842
Konrad : en 55 :48 e au final 2 :40 :15, 1132/1842

(Philippe)Ceux qui ont eu la chance de ne pas tomber en vélo, ont couru dans un environnement hors du commun, et de faire leur meilleur chrono. Une expérience à renouveler.

Voir les résultats

Voir les photos

 


Autre news:
15/12/2017 : Le Bike & Run de Franconville : podium 100% VMT
20/11/2017 : plus de 40 VMTs à la Ronde d'Ermont !!!
01/10/2017 : La coupe de France des Clubs à l'Aiguillon sur Mer
27/09/2017 : Les kids ouvent la saison par un podium !
25/09/2017 : la finale duathlon D3 à Noyon : l'équipe du VMT monte en D2
21/09/2017 : Triathlon de Vernon L par équipe en CML
17/09/2017 : L’EVERGREEN : la course de l’extrême et Week-End gastronomique
31/08/2017 : IRONMAN de Vichy : le récit de Thibault
29/08/2017 : IM et Half de Vichy : le récit de Gaétan
01/08/2017 : L'Iroman de Nice : le CR d'Emilien


» Consulter les archives

RSS